TDIE (Transport Développement Intermodalité Environnement) est une Association pluraliste, réunissant l'ensemble des acteurs des différents modes de transports : professionnels, élus nationaux et territoriaux, experts et universitaires. Son objectif est la promotion, auprès des pouvoirs publics et du Parlement, de réflexions et de propositions au service d'une politique multimodale des transports et des déplacements.

  • train3
  • collectivites
  • route
  • tram
  • collectivites2
  • transport-aerien
  • gare
  • velo2
  • maritime3
  • velo
  • train
  • route-2
  • maritime
  • maritime2
  • metro
  • train2
Philippe DURON, co-président délégué Louis NEGRE, co-président

Philippe DURON,
co-président délégué

Louis NEGRE, 
co-président

AGENDA

11 octobre 2016 :

Stratégie portuaire et défis logistiques : quels leviers pour des dynamiques de long terme ?

Mardi 5 avril 2016

Comment organiser les arrêts et gares routières pour les nouvelles mobilités ?

 

Séminaire de réflexion organisé en partenariat avec TDIE, l’IDRRIM, ATEC-ITS France, le Comité Français de l’AIPCR, avec le soutien du GART

Liens Européens utiles

Direction Générale transports de la Commission européenne
Commission-Transports-du-Parlement-europeen
Conseil-de-l'Union-europeenne
Section TEN (Transports, Energie, infrastructures, Société de l'information) du Conseil Economique et Social Européen

Bulletin Transport / Europe

Nos vidéos

Nos partenaires

Ministère de l'Ecologie
Infrastructures et Mobilité mobilicites

 

 

Les actualités

Pour une stratégie portuaire nationale partagée

 

TDIE présente la réflexion élaborée par le Conseil scientifique de TDIE, en collaboration avec l'Union des Ports de France, pour contribuer au débat sur l'avenir de la politique portuaire. Le rapport propose cinq orientations pour améliorer la compétitivité des ports français.

Elles seront mises en débat à l'occasion du colloque du 11 octobre sur le thème : "Stratégie portuaire et défis logistiques : quels leviers pour des dynamiques de long terme ?".

Télécharger le rapport de TDIE : Cinq orientations pour améliorer la compétitivité des ports français

 

Pour s'inscrire au colloque

 

Depuis 15 ans, TDIE porte un intérêt particulier aux questions portuaires.

Ces questions sont nombreuses : financement des infrastructures, précision des missions et moyens des différents acteurs portuaires, articulation des dynamiques portuaires avec les systèmes de transport des hinterlands, stratégie commerciale et développement des services aux entreprises, structuration d’une offre logistique. Elles révèlent des enjeux de politique publique de plus en plus complexes. Les mutations économiques portées par la mondialisation des échanges, l’intégration européenne, et la poursuite du mouvement de décentralisation engagé il y a bientôt 40 ans ont contribué à redéfinir le cadre des systèmes logistiques. Les ports sont appelés à y jouer un rôle de plus en plus important.

La place des ports dans l’économie nationale est pourtant méconnue. Les courbes des différents trafics traités dans les ports français sont autant des indicateurs de l’attractivité de nos ports pour les armateurs, que des dynamiques industrielles et commerciales de notre économie. Ils sont à l’articulation entre les grands flux maritimes mondiaux de plus en plus massifiés, et les systèmes logistiques continentaux mobilisés par l’industrie et le commerce.

A quelle échelle penser la stratégie portuaire ?

A quelle échelle faut-il élaborer une stratégie portuaire ? Doit-elle être conçue et portée par l’Etat, au niveau du port, dans une approche sectorielle ? L’autorité portuaire peut-elle relever seule ce défi ? Comment l’Etat doit-il coordonner la mobilisation de ses services ? Comment articuler les dynamiques des acteurs économiques, et les stratégies d’investissement et de développement territorial des pouvoirs publics ? Quelle place pour les nouvelles Régions, que la loi NOTRe appelle à se mobiliser dans les dynamiques logistiques à travers leurs responsabilités en matière de développement économique et de transport ?

Les différentes temporalités et échelles d’action doivent trouver des points de coordination afin d’assurer la lisibilité des projets stratégiques construits autour des systèmes portuaires. L’Etat conserve à ce titre un rôle important qu’il faut préciser dans la mise en œuvre des outils définis dans les dernières réformes.

La politique portuaire de l’Etat des 30 dernières années a été marquée par deux étapes de décentralisation (1992 et 2004). La loi de réforme portuaire de 2008 a été précisée par la loi pour l’Economie bleue adoptée en juin 2016. Les Ports autonomes devenus Grands ports maritimes disposent des outils pour développer une stratégie de développement commercial. Ils doivent désormais relever le défi de la concurrence avec les ports européens.

Lire la suite...

Stratégie portuaire et défis logistiques : quels leviers pour des dynamiques de long terme ?

Element SelectionL'actualité des transports et de la logistique est marquée en 2015 et 2016 par la préparation de la Stratégie nationale de la logistique, la poursuite des travaux des conférences nationales relatives au fret fluvial et au fret ferroviaire, et une vaste réflexion sur la stratégie portuaire de la France.

En concertation avec l'Union des Ports de France, TDIE a entamé dès 2015 un travail d'analyse des défis portuaires. Cette réflexion portée par le Conseil scientifique de TDIE est d'autant plus actuelle qu'elle a été accompagnée du travail réalisé par 8 parlementaires missionnés par le Premier ministre afin de faire des propositions pour une stratégie d'hinterland autour des Grands Ports Maritimes.

 

TDIE présentera son travail le 11 octobre prochain à l'occasion d'un colloque qui se tiendra au Palais Brongniart sur le thème : "Stratégie portuaire et défis logistiques, quels leviers pour des dynamiques de long terme ?".

 

Alain Vidalies nous fera l'honneur de clôturer les débats.

 

 

Trois tables rondes permettront aux acteurs de partager leurs réflexions :

 

Les moyens d'une stratégie portuaire : un modèle économique en question

Après la mise en œuvre de la réforme portuaire de 2008, les GPM ont-ils les moyens de mettre en œuvre les projets d’investissements nécessaires à leur stratégie commerciale ? 

Au cœur des échanges mondiaux, les ports sont des éléments structurants des dynamiques industrielles et commerciales des économies nationales. Capacités d’accueil des navires, rapidité du traitement des cargaisons, qualité de service, droits de ports, les critères de choix des escales alimentent une concurrence tendue entre les ports. Quelles sont les forces et faiblesses des ports français dans la conquête des trafics ? Comment renforcer l’attractivité économique des places portuaires ?

 

Massification des trafics, développement des chaines logistiques, élargissement des hinterlands : mettre les ports au cœur du défi logistique

Défis réglementaires et administratifs, défis techniques, défis d’aménagement : mettre en œuvre la stratégie nationale de la logistique en assurant la plus grande fluidité du passage portuaire et la plus grande performance des systèmes de transport qui structurent les hinterlands portuaires.

  • Ports et hinterlands portuaires dans la Stratégie nationale de la logistique « France logistique 2025 »
  • Quelles perspectives de développement des transports massifiés pour consolider les hinterlands des ports français ?
  • Le passage portuaire : le port, maillon essentiel de la chaine logistique continentale

Pour une stratégie portuaire nationale partagée

Comment assurer la mobilisation conjointe, sur des objectifs communs, entre l’Etat et les collectivités ? La réforme territoriale (lois Maptam et Notre) précise les compétences des collectivités en matière de développement économique notamment. Comment articuler stratégies territoriales de développement et orientations nationales au profit d’une dynamique économique et logistique ? Quelles sont les prochaines étapes du développement de la stratégie nationale portuaire de 2013 ?

  • Défis, contraintes, outils et moyens d’une intégration territoriale de la stratégie portuaire
  • Articuler les dynamiques territoriales dans une stratégie nationale

16h15 - Clôture : Monsieur Alain Vidalies, Secrétaire d’Etat en charge des transports, de la mer et de la pêche

 

 

 

Télécharger le programme intégral                       S'inscrire pour assister au colloque

 

 

Qu’est-ce qu’une gare routière, un arrêt routier ?

D’apparence anodine, cette question d’aménagement complexe va mobiliser l’attention des acteurs de la mobilité  dans les prochains mois.

La loi Croissance et Activité (dite Loi Macron) a ouvert de nouvelles perspectives pour la mobilité interurbaine. Cependant, elle accompagne une réforme territoriale qui touche fortement les compétences transport des collectivités, et interroge les acteurs de la  mobilité.

 

C’est ce qu’a traité le séminaire de réflexion co-organisé, à l'initiative de l’IDRRIM, le 5 avril 2016 avec TDIE, ATEC-ITS France, et le Comité Français de l’AIPCR, avec le soutien du GART et du CEREMA.

A la fin de cette journée, trois défis ont été mis en lumière autour d’une même préoccupation d’intérêt général, comment organiser l’intermodalité de demain ?

  • Connaissance des besoins : c’est la question du modèle économique des opérateurs qui proposent une offre de transport.
  • Aménagement : faut-il préparer dès aujourd’hui la mise en œuvre de nouvelles gares routières ? Si oui, sous quel pilotage, et avec quels moyens ? La loi n’en dit mot.
  • Politique des transports

       Les débats ont montré que le développement de gares et arrêts routiers de qualité, tant sur le plan de la sécurité que de leur bonne intégration à l’interface des  réseaux routiers, urbains, et ferroviaire, pouvait être un facteur d’attractivité supplémentaire de l’autocar.

La présentation d’exemples étrangers (Allemagne, Espagne) a souligné que les questions que nous nous posons sont marquées par l’histoire de nos systèmes de transport, des décisions et des pratiques d’aménagement.

Vous pouvez accéder au compte rendu vidéo ou écrit des échanges ainsi qu'aux présentations powerpoint utilisées par les intervenants en cliquant ici.

 

Séminaire de réflexion : "Comment organiser les arrêts et gares routières pour les nouvelles mobilités ?"

L'entrée en vigueur des lois Maptam, NOTRe et Macron a considérablement modifié le contexte législatif en matière d'organisation du transport, et donc de la mobilité. Organisé conjointement par TDIE, le CF-AIPCR, ATEC-ITS France et l'IDRRIM, en collaboration avec la DTecTV du Cerema et avec le soutien du GART, ce séminaire de réflexion portera sur la problématique des gares et arrêts routiers dans le nouveau contexte de mobilité.

 

Optipi                                             

                                        Programme             Inscription                           

                 

 

CHRONIQUES_______________

Discours sur l’Etat de l’Union européenne en 2016

FaucheurLe président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a prononcé le 14 septembre dernier son discours sur l'état de l'Union 2016 devant le Parlement européen à Strasbourg.

Il a particulièrement appelé à l’unité des institutions de l’Union et de celles des Etats membres pour avancer dans une même direction à un moment où les fractures sont de plus en plus menaçantes et où les citoyens européens attendent des réponses à leurs besoins.

« Nous devons construire une Europe meilleure : une Europe qui protège, qui préserve notre mode de vie européen, qui donne le pouvoir à nos citoyens et défend à l'intérieur et à l'extérieur »


Lire la suite...
3ème Congrès de l’IDRRIM : Des infrastructures indispensables, innovantes et engagées pour la transition énergétique

jl-perrot« Demain, l’IDRRIM aura encore plus besoin d’exister ». C’est en ces termes que Yves KRATTINGER, Président de l’IDRRIM, Président du Conseil départemental de Haute Saône, a ouvert la table ronde de clôture du congrès de l’Institut des Routes, des Rues et des infrastructures de la Mobilité le 15 juin dernier.


Lire la suite...